L’abbaye d’Ulmet

abbaye ulmet

Aujourd’hui disparue, l’abbaye cistercienne d’Ulmet fondée en 1173 faisait partie des abbayes rayonnant sous l’égide de l’ordre de Cîteaux et des comtes de Provence. Située à 25 km de la ville d’Arles, en bordure d’un bras du Rhône et de l’étang d’Ulmet, qui lui donnera son nom, cette abbaye à été fondée sur une ancienne chapelle donnée en fief par l’abbesse Jourdane de l’abbaye Saint-Césaire d’Arles, en haut d’un tertre surélevé.

Echappée belle spirituelle

Soutenue par la puissante noblesse des Baux de Provence possédant de nombreux biens en Camargue, cette abbaye voit néanmoins sa pérennité mise à mal, dès sa construction, compte tenu du contexte économique difficile dans lequel elle évolue (notamment à cause de l’atterrissement du Rhône d’Ulmet), ne lui permettant que des ressources limitées perçues  grâce à la récolte du sel des marais salants de Camargue.

Le monastère fantôme

Déplacée à de nombreuses reprises pour cause de manque d’eau douce et d’un environnement peu favorable à son épanouissement, cette abbaye sera  finalement abandonnée en 1437. Les pierres de l’édifice serviront notamment à la construction du mas d’Amphise ainsi qu’au renforcement de la digue de l’étang du Fournelet.

Aujourd’hui, il ne reste que des ruines de ce bâtiment religieux ayant permis de faire rayonner l’ordre de Cîteaux en Camargue. Elle fait aujourd’hui l’objet de toutes les curiosités et est très convoitée des archéologues et historiens cherchant à en percer les mystères. Figure architecturale de l’histoire religieuse camarguaise, elle fait partie de ces lieux mythiques encourageant le tourisme culturel autour du delta du Rhône.

Réagissez à cet article