La sauvegarde du cheval de Camargue

Cheval camarguais

Le cheval Camargue était menacé de disparition au début du XXe siècle en raison des changements profonds qu’a subi son berceau, la Camargue. En effet, le milieu naturel de ce cheval a été façonné à tel point que cette race ne peut plus vivre en totale liberté. Désormais, le cheval Camargue est presque entièrement dépendant de l’Homme pour sa survie, même s’il vit encore en semi-liberté.

Une mobilisation extraordinaire

Sans la volonté bienveillante de certaines personnes soucieuses de sauvegarder cette race, celle-ci aurait totalement disparu à l’heure d’aujourd’hui. Des organisations comme l’Association des Eleveurs de Chevaux de Race Camargue(A.E.C.R.C) qui vit le jour en 1964, ont justement pour objectif de protéger et promouvoir la race Camargue. Des éleveurs déterminés à préserver leur patrimoine culturel axé autour du cheval et de la culture taurine ont donc pris l’initiative de défendre cette cause.
La préservation du mode d’élevage particulier de la race est parmi les multiples objectifs de l’association. Celle-ci a notamment œuvré pour la mise en place d’un standard officiel pour la race ainsi que pour la détermination de l’aire géographique de l’élevage du Camargue. Une aire qui comprend le delta du Rhône et ses régions annexes. Il a été par la suite procédé au recensement détaillé des élevages et à une entente à propos de la définition d’une Manade.

Le cheval Camargue, une race à part entière

1978 fut un tournant majeur pour l’avenir du cheval de Camargue, puisque c’est cette année que la race a été officiellement reconnue par arrêté ministériel. Aujourd’hui, la race dans la catégorie des chevaux de sang (par arrêté ministériel du 10 octobre 2002, le Stud-Book du cheval Camargue est inclus dans le livre généalogique des races françaises de chevaux de selle).
Chaque année, l’A.E.C.R.C, en partenariat avec les Haras nationaux, entame, via la Commission Nationale d’Approbation, une démarche de sélection des reproducteurs. Ruy Blass de Bernis a été agréé à la monte publique par les Haras Nationaux en 2008 et est depuis cette date très sollicité par les éleveurs ou les propriétaires de juments en raison de ses multiples qualités. Descendant d’une lignée prestigieuse et doté d’un tempérament doux ainsi que d’une forte personnalité, il est idéal pour les saillies.

Réagissez à cet article