La cabane de gardian, habitat typique de la Camargue

Cabane de gardian

Symbole de la Camargue des XIXe et XXe siècles, la cabane de gardian représente également les traditions du sud de la France, région agricole et d’élevage par excellence. Tapissant aujourd’hui encore le paysage provençal, ces habitations couvertes de sagne offrent une façade pensée pour offrir une bonne résistance au mistral, lieu d’implantation oblige. Construite à partir des matériaux disponibles dans leur environnement, comme les roseaux, les cabanes de gardian ont notamment abrité les travailleurs camarguais durant les longues saisons agricoles. Découverte…

Sur les traces des bouviers de Camargue

Reposant sur un sol de terre battue et meublée de manière plutôt rudimentaire avec notamment un lit et le nécessaire pour manger et assurer les tâches ménagères, la cabane de gardian occupe une superficie oscillant entre 80 et 120 mètres carrés.

Sommaire, cette cabane venait souvent en complément du mas, résidence permanente des éleveurs, auquel étaient rattachés les gardians. Caractéristique de ce type d’habitation régionale, l’échelier planté à proximité, qui permettait au gardian de se hisser au sommet afin de pouvoir observer son troupeau. Une habitation loin de tout superflu qui participa, sans conteste, à faire connaître l’activité des meneurs de bétail.

Un patrimoine encore bien présent

Aujourd’hui disparues, les cabanes originales ont été remplacées par des répliques permettant aux visiteurs de toucher du doigt à une tradition encore bien ancrée dans la culture camarguaise, celle des cowboys à la française. Occupant à l’époque le bas de l’échelle sociale, les gardians font aujourd’hui partie intégrante du folklore provençal.

Hébergement de loisir, restaurant ou encore site touristique, la cabane de gardian fait partie de l’architecture traditionnelle régionale mais aussi du patrimoine des festivités taurines et des traditions d’élevage et des conducteurs de troupeaux.

Une richesse incontestable empreinte d’histoire de chevaux et de légendes équines.

Réagissez à cet article