Des drones en Camargue pour suivre les populations animales

drone

On n’arrête pas le progrès ! Les drones collectent toujours plus de données et offrent de nouvelles possibilités aux chercheurs. Eclairage sur l’un des projets phares mené par des chercheurs français dans le cadre de la protection de l’environnement : le suivi des populations animales.

Les drones au service de la protection de l’environnement

Botanistes, scientifiques, météorologues et écologistes disposent désormais de l’outil rêvé. Avec un poids plume qui peut descendre à 2 kg pour les drones les plus légers, un coût accessible, une maniabilité surprenante et leur capacité de vol automatique, les drones sont de plus en plus utilisés par les chercheurs. Ceux-ci peuvent y embarquer des caméras et différents capteurs miniaturisés pour collecter de nombreuses données utiles à la protection de l’environnement.

Utilisés en Camargue, une zone difficile d’accès, ces engins permettent de recenser la biodiversité et de compter les populations animales. Avec leur capacité de se rapprocher des animaux, notamment des flamants roses, les drones permettent aux chercheurs d’obtenir de meilleures images et de voir si ces animaux sont en danger.

Le drone pour se rapprocher des flamants roses

Sur la terre camarguaise, des biologistes français ont pu approcher un drone jusqu’à 4 mètres de distance sans déranger la population de flamants roses. Selon les chercheurs qui ont mené ce test grandeur nature, le fait d’approcher le drone à une telle distance sans que les oiseaux ne montrent aucun signe de stress, reste un résultat surprenant.

Cependant l’envie d’approcher l’engin toujours plus près des animaux est toujours là ! Un drone très proche de la population animale étudiée pourrait permettre d’obtenir les données des appareils de mesure fixés sur les animaux en liberté, sans avoir à les recapturer. Encore un bon point pour les animaux !

Cette expérience montre qu’il est utile pour la protection de l’environnement de déployer des flottes de drones dans le ciel !

Réagissez à cet article