Les huîtres de Camargue bientôt sur le marché

Plateau d'huitres

Dans quelques semaines seulement, il sera possible de se procurer des huîtres de Camargue sur les étals des poissonniers français. En effet, à Port-Saint-Louis-du-Rhône, des producteurs de moules ayant décidé de s’investir dans l’élevage des huîtres, n’attendent maintenant que l’autorisation administrative définitive pour mettre les huîtres de Camargue à la disposition des consommateurs.

 

Un pari plutôt gagnant !

Si tout va bien, d’ici la fin du mois de juin, les Français pourront bien inviter les huîtres de Camargue dans leurs assiettes. C’est en tout cas le projet entrepris par une vingtaine de conchyliculteurs sur la quarantaine réunie au sein de la coopérative Coopaport. Et à l’heure actuelle, force est de constater que tout se passe comme prévu : une production assez restreinte de ces huîtres avait été testée lors des fêtes de Noël précédentes et a obtenu, par la suite, une autorisation de vente exceptionnelle pour éviter de devoir jeter la production, dont le total s’élevait à environ 30 à 50 tonnes. La commercialisation pour le grand public n’est plus qu’une question de temps.

A noter que ce projet est né du constat suivant : le prix d’un kilo de moule est de 1,50 euro alors que celui de l’huître est de 7,50 euros, d’après Joël Graindepice de Joaline Coquillages à Port-Saint-Louis et nouvellement ostréiculteur. La production est plus coûteuse, mais elle s’avère être plus rentable.

 

Une huître de catégorie 3 produite en 10 mois

Il ne faut pas plus de 10 mois pour obtenir une huître de « catégorie 3″, la plus consommée sur le territoire français, contre 2 à 4 ans pour un élevage classique. Cette production rapide d’huîtres semble être possible grâce aux conditions d’élevage dont bénéficie la région, comme le souligne si bien Denis Manias, président de la coopérative : « nous bénéficions d’une situation très particulière, extrêmement favorable, avec l’apport d’eau douce du Rhône et la Méditerranée qui apportent les nutriments nécessaires à une croissance rapide de l’huître« .

Gageons que les Français auront la force de patienter jusqu’à fin juin pour enfin découvrir la saveur des huîtres camarguaises dont la coopérative prévoit une production d’environ 100 tonnes pour l’année 2015.

Vivement l’autorisation de commercialisation définitive !

Réagissez à cet article