Traditions Camargue dans la rue : L’Abrivado, la Bandido, La Cabestria et la Roussataïo

gardian camargue

La «Bouvine» (tout ce qui est lié à la Camargue et au taureau) a une signification particulière et possède une longue tradition. Le taureau et le cheval de Camargue sont célébrés dans l’arène, mais aussi dans les rues avec plusieurs manifestations :

L’Abrivado

C’est est l’arrivée des taureaux accompagnés par les gardians à cheval dans les rues. Le jeu consiste à conduire 4 taureaux en liberté de leurs pâturages aux arènes. Les Gardians encadrent le bétail dans une formation en V, serrée, afin d’éviter que les jeunes du village aussi appelés « attrapaïres » ne fassent échapper les taureaux avec leurs griffes de fer (seul outil autorisé dans la tradition).  « Abriva » du provençal « accélèrer » prend tout son sens lorsque nous voyons les taureaux et les chevaux trotter dans les rues dans les applaudissements de la foule.

 abrivado

La Bandido

Après la course, il est temps de ramener les taureaux aux pâturages. Les taureaux sont devant et les gardians les poussent au grand galop à travers les rues, attention à ne pas se trouver sur le chemin !

bandido

La Cabestria

Elle est célébrée très rarement. Semblable à l’Abrivado, le taureau de Camargue est remplacé par des Cabestros (bœufs espagnols non-agressifs).

cabestria

La Roussataïo

« Rosso » signifie chevaux dans l’agriculture, non montés. C’est un événement où un grand troupeau de poulinières (juments destinées à la reproduction uniquement) accompagnées de leurs poulains est guidé par des gardians à cheval passant à travers les villages. Auparavant, les juments étaient utilisées dans les différents villages pour l’agriculture, aujourd’hui, elles sont élevées uniquement pour la reproduction.

roussataio

D’autres traditions et d’autres jeux ancestraux sont pratiqués à l’intérieur de l’arène que vous découvrirez bientôt dans un prochain article !

Réagissez à cet article